La Locandiera de Carlo Goldoni   

L.M bien: La Locandiera mise en scène par Marc Paquien au Théâtre de L'Atelier.

Marc Paquien a fait le choix d'une mise en scène épurée qui laisse au texte de Goldoni l'espace pour faire entendre toutes ses subtilités. Le décor joue la sobriété: un mur de fond de scène, une porte… un banc, quelques chaises, des tables, un paravent qu'on déplace à vue suffisent à configurer chacun des lieux de la comédie. Un soin extrême a été porté aux couleurs, aux costumes et aux accessoires. Les nuances d'ocre, de terre de Sienne, d'ombre brûlée évoquent les teintes chaudes d'une Florence au XVIIIe siècle et la robe de Mirandolina (Dominique Blanc), dans le même camaïeu, lumineuse, est bien le soleil autour duquel gravitent tous les hommes qui logent dans l'auberge.

Un jeu de scène délicat et intelligent s'organise autour du maniement des accessoires. Le linge que l’hôtesse manipule avec dextérité et sensualité est ainsi un moyen précieux pour s’immiscer dans l'intimité du rustre chevalier et pour finalement adoucir ce misogyne présomptueux. En caressant les draps, en dépliant les serviettes, en ajustant son tablier, en abandonnant son torchon sur un côté de son cou, Dominique Blanc, à la gestuelle gracieuse et maîtrisée, affirme sa séduction. La scène du repas avec André Marcon ( le chevalier), à ce titre, est à n'en pas douter le point d'orgue du spectacle. La toile est si fine et si souple que la proie, pour notre plus grand plaisir, ne s'aperçoit même pas qu'elle est désormais prisonnière.

Il est cependant dommage que l'ensemble de la distribution ne soit pas d'égale valeur, le rôle de Fabrizio aurait ainsi demandé bien plus de subtilité et d'engagement.

Quant au Théâtre de l'Atelier, il est à regretter que les amoureux du théâtre qui ne peuvent s'offrir que la corbeille aient à braver la mort par déshydratation et asphyxie!


La Locandiera  de Goldoni  
Théâtre de l’Atelier jusqu’au 25 janvier 2013
1, place Charles Dullin, Paris 18e
Réservation : 01 46 06 49 24