LM Un peu Paris nous appartient mise en scène par Olivier Coulon-Jablonka

Pourtant, l'argument était séduisant, réfléchir sur les images fantasmées de Paris en les confrontant à celles en devenir, mêler des morceaux chantés de La Vie parisienne d'Offenbach, des échanges anodins entre des comédiens après une représentation et des dialogues entre des acteurs politiques du Grand Paris dont les contours se dessinent actuellement, pour s'interroger sur la vision du Paris qui nous hante. Est-ce celle d'avant ou d'après les "grandes saignées" (pour reprendre un vocabulaire zolien) pratiquées par Haussmann? Celle joyeuse et triviale de l'opérette? Celle révoltée et dramatique de la Commune ? Celle moderne et économique de l'urbanisme du XXIe siècle?

Le théâtre documentaire dans lequel s'inscrit Olivier Coulon-Jablonka et La compagnie Moukden-Théâtre interroge le réel et l’Histoire mais, la partition choisie manque de rythme et d'inventivité. La scénographie, peu évolutive et de nombreuses longueurs, échouent à porter le propos aussi haut que l'aurait certainement voulu le metteur en scène. On pense bien évidemment à ce qu'aurait pu faire le Groupe Berlin avec un même matériau, en brouillant les repères entre réalité organisée et fiction à construire.

Le bel engagement des artistes est cependant à souligner. Citons notamment Eve Gollac, Florent Cheippe, Jean-Marc Laye, qui excellent dans les échanges au plus près du naturel et de la discussion saisie comme sur le vif.

http://www.theatre-sartrouville.com/cdn/spectacles/paris-nous-appartient