LM beaucoup Belgrade de La Meute-Collectif d'acteurs.

Conçu comme un cri lancé au réel, le spectacle Belgrade, saisit entre ses dents voraces le texte de d'Angélica Liddell pour le confronter à ceux de Cioran, de Dimitriadis, de Maïakovski, de Nietzsche, de Musset ou du Collectif même. De cette curée puissante jaillit le hurlement d'une histoire sanguinaire, celle d'une Serbie hantée par ses démons passés et anciens.

La mort d'un bourreau ouvre le spectacle. Celle de Slobodan Miloševic. L'information, répétée, reprise à l'unisson par les journaux télévisés, envahit, en voix off, l'espace sonore du plateau. Nous sommes en 2006. L'ancien dirigeant serbe vient d'échapper au tribunal des hommes. Restent les spectres des âmes disparues et la noire bestialité des crimes impunis.

Dans les ruines de ce pays qui a voulu construire son unité sur le sang, une journaliste (Julie Recoing, à la forte présence) va chercher à recueillir une parole d'après la catastrophe. Cinq monologues suivront, entrecoupés par les assauts  d'une musique qui livre sa violence en direct. Cinq monologues qui tous témoigneront de la difficulté à porter un si lourd héritage. Que faire de toutes ces plaies ouvertes? Si certains les revendiquent avec éclat comme les stigmates d'un passé christique et légitime, d'autres, pour les avoir trop sondées, semblent s'être asséchés à leur contact douloureux. Ainsi, les mots de l'ancien chirurgien de guerre, murmurés, susurrés dans une lumière spectrale, au-dessus d'un chariot mortuaire où git, sous son linceul, un cadavre déjà roide, sont comme les larmes glacées d'une humanité désormais vidée de toute substance. Thierry Jolivet, qui interprète ce médecin, offre ici la partition la plus saisissante de la pièce.

Belgrade, spectacle puissant et incarné, interroge notre Histoire, celle d'une vieille Europe traversée de fantômes encore titubants. La Meute-collectif d'acteurs, porte avec conviction et engagement la force de cette interrogation.

http://www.104.fr/programmation/evenement.html?evenement=349

mise en scène : Thierry Jolivet
composition musicale et interprétation :
Jean-Baptiste Cognet et Yann Sandeau
lumière : David Debrinay

 

avec : Florian Bardet, Clément Bondu, François Jaulin, Nicolas Mollard, Julie Recoi


Belgrade
a obtenu le prix du public au festival Impatience


PRIX DU PUBLIC

FESTIVAL IMPATIENCE 2014