LM Beaucoup: Les Eaux lourdes mise en scène par Thierry Falvisaner

Au Lucernaire, Thierry Falvisaner, met en scène le texte âpre de Christian Siméon, un texte qui renoue avec les figures tragiques qui hantent l'imaginaire collectif, celle des résistants suppliciés et celle de Médée, l'infanticide. Du passé, de ses zones d'ombre et de douleur, reviennent les vagues qui vont frapper les quatre personnages de cette pièce puissante et noire.

Les héros antiques, Médée et Jason, s'appellent Mara et Pierre mais, le même amour furieux uni la femme à l'homme et la même culpabilité déchire ce couple, marqué par la mort et le mensonge. Comme Euripide l'avait fait avant lui, Christian Siméon interroge la figure du monstre à travers une dramaturgie affutée au couteau. Corinthe reste le lieu de l'abomination, un réseau de Résistance, celui de la trahison et du meurtre de l'enfant. En marge du couple maudit, deux personnages tentent la légèreté et l'envol, Alix, la nouvelle compagne et, Ian, le deuxième fils, avant d’être happés à leur tour.

Si on peut regretter que la scénographie, intéressante dans les deux premiers tableaux, s'essouffle dans l'affrontement entre Mara et Jason, (le travail sur la lumière, notamment, est succinct, bridé par les conditions techniques de la salle*), l'interprétation des comédiens, en revanche, est remarquable. Élisabeth Mazev campe une Mara redoutable, machiavélique, insaisissable dans sa drôlerie et sa cruauté. Elle est magistrale. Christophe Vandevelde, Arnaud Aldigé et Julie Harnois complètent ce quatuor qui porte avec puissance le texte vers son acmé final et terrible.

* Thierry Falvisaner précise, qu'à la création, ils avaient" travaillé avec 60 circuits" contre "24" au Lucernaire, ce qui impose des choix forcément contraignants et déceptifs.

http://www.lucernaire.fr/beta1/index.php?option=com_content&task=view&id=1832&Itemid=56