LM Bien "L'Humanité tout ça, tout ça" mise en scène de Véronique Essaka-de Kerpel

En 2010, au lendemain du discours de Nicolas Sarkosy à Grenoble, où il fustigeait l'immigration illégale et rançonneuse des Roms, Mustapha Kharmoudy écrit "L'Humanité tout ça, tout ça" en réaction. Fuyant la guerre et ses atrocités, une petite fille embarquée avec sa mère dans le coffre de leur passeur raconte, avec ses mots simples et malhabiles, son arrivée en France et ses premiers pas dans ce pays où "il y a pas les hommes ils tirent, où " les gens ils sont gentils, ils donnent beaucoup les pièces de sous."  Derrière cette voix enfantine qui essaie de dire sa peur et son désarroi, il y a soudain l'évidence que chaque destin est unique, que l'humanité est faite d'une multitude de visages et d'histoires qu'il faut savoir écouter et que les généralités sont aveugles et ineptes.

A la Manufacture des Abesses, Véronique Essaka-de Kerpel met en scène le texte de Mustapha Kharmoudy en privilégiant l'universalité du récit. Le plateau est nu, jonché de cartons qui deviendront autant d'éléments de décor, de lieux, d'espaces réels ou imaginaires, créés par la petite fille. Si la metteure en scène a confié le rôle de l'enfant à Sandra Droumaguet (très émouvante) dont l'accent évoque les pays de l'Est, la présence du musicien Ludivic Goma, à l'avant-scène, propulse le texte vers un ailleurs élargi. Ses sanza, ses tambourins, ses cymbales accompagnent et enrichissent le parcours de l'enfant et de l'actrice.

Une belle découverte.

Attention, dernières dates!