Un spectacle aux petits oignons.

LM Beaucoup: Sacré, sucré, salé au Théâtre de l'Aquarium mise en scène Stéphanie Schwartzbrod et Nicolas Struve

Quand les portes de la salle s'ouvrent, une bonne odeur saisit le spectateur. Stéphanie Schwartzbrod est déjà affairée. Sur le plateau, dans une cuisine reconstituée, elle hache menu de la coriandre, de la citronnelle, soulève le couvercle de la marmite, touille le plat qui mijote. Puis, le noir se fait, tout en continuant de mitonner sa préparation, elle entreprend de nous raconter avec gourmandise, la signification des fêtes qui rythment les trois religions monothéistes.

"Manger, c'est penser", nous dit-elle, en reprenant les mots de Valère Novarina. Il s'agit de porter un autre regard sur la foi, de mettre à mal les extrémistes, les a priori sectaires, de voir ce qui est commun, de donner à entendre ce qui rassemble, l'envie du partage autour d'un repas. D'une religion à l'autre, cette envie sensuelle et généreuse se perpétue d'année en année, depuis des siècles. De l'Epiphanie, en passant par les fêtes de Pourim, de Lailat al Miraj, de Roch Hachana, du Ramadan, Stéphanie Schwartzbrod interroge le sens des mots, des rituels, des mets et, avec finesse titille nos sens.

A la fin du spectacle, le spectateur est invité à déguster la chorba dont l'odeur embaumait la salle. Le partage n'est pas qu'un mot...

Dans le cadre du cycle Paroles de femmes

Sacré, sucré, salé
cabaret mystico-drolatique et nourrissant


du 8 au 26 mars 2016 / durée 1 h 15
du mardi au dimanche à 19h